diverse woman standing close and looking at camera
Bien dans ma tête

Prendre soin de soi pendant le post partum

Précédemment, je vous ai présenté ce qu’était le post partum. J’ai évoqué également toutes les transformations qu’il impliquait non seulement chez la maman, sur le plan physique et émotionnel, mais aussi sur son couple et son entourage.

Pour l’avoir vécu moi-même, je sais à quel point les jours et les nuits peuvent se fondre l’un dans l’autre, laissant peu de place pour penser à soi, tourmentée par le doute et la fatigue. Mais croyez-moi, prendre soin de vous durant cette période n’est pas seulement un luxe ; c’est une nécessité. Dans cet article, je vais partager avec vous pourquoi il est si crucial de prendre soin de la maman après l’accouchement. Je vais partager avec vous des conseils pratiques et partager des expériences personnelles qui, je l’espère, vous apporteront soutien et réconfort.

Les Impacts de la négligence post partum

Il est crucial de ne pas négliger cette période, car ses impacts peuvent être profonds. Comme beaucoup de mamans, j’ai entendu de nombreuses personnes me dirent que des femmes accouchaient depuis la nuit des temps, que c’était la chose la plus normale au monde. Cela m’a beaucoup culpabilisée face aux problématiques que j’ai pu rencontrer, tant au niveau physique que mental, car je me sentais nulle de ne pas parvenir à tout gérer seule.

C’est une grave erreur ! Le fait que donner la vie soit un phénomène naturel ne veut pas dire qu’il est facile, et qu’il ne nécessite pas d’aide. Donner la vie n’a jamais été un acte solitaire, dans les sociétés humaines, et il ne faut pas l’oublier.

Conséquences physiques de la négligence

Négliger les soins post partum peut entraîner des complications comme des infections, une fatigue chronique ou des problèmes de lactation. Il ne faut surtout pas sous-estimer l’importance d’une bonne nutrition, d’un repos adéquat et d’un suivi médical approprié pour cette période si particulière au cours de la vie d’une femme.

Effets psychologiques : dépression, anxiété, et stress post partum

Environ 1 femme sur 7 peut souffrir de dépression post partum (certaines statistiques montent jusqu’à 1 femme sur 3 dans certaines populations!). C’est une réalité à prendre au sérieux. L’anxiété et le stress peuvent également s’inviter dans cette période délicate, affectant non seulement la maman mais aussi son entourage.

Impact sur la relation mère-enfant et la dynamique familiale

La qualité de la relation entre la maman et son bébé, ainsi que l’équilibre au sein de la famille, peuvent être influencés par la manière dont la maman vit son post partum. Une maman qui se sent soutenue vivra son post partum de façon plus sereine et pourra donc construire un lien affectif plus solide et profond avec son enfant. Tout cela aura un impact direct sur la dynamique familiale et sur l’équilibre émotionnel dans la vie de famille, comme dans le couple.

une femme empêtrée dans une corde
Photo by Ron Lach on Pexels.com

L’importance du soutien émotionnel

Dans cette aventure post partum, le soutien émotionnel joue un rôle capital. C’est une bouée de sauvetage dans un océan d’incertitudes et de changements.

Rôle du soutien émotionnel dans la récupération post partum

Le soutien émotionnel n’est pas juste une épaule sur laquelle pleurer. Il s’agit d’une présence rassurante, d’une écoute attentive et de paroles réconfortantes. Quand je traversais mes moments de doute, savoir que quelqu’un était là, simplement pour m’écouter, a fait une différence immense. Pour cela, les groupes de discussion de mamans m’ont énormément aidée à franchir la barrière de la distance géographique. Mais le virtuel ayant ses limites, les lieux d’accueils enfants parents (LAEP) et la Protection Maternelle et Infantile (PMI) m’ont été d’une aide vraiment précieuse. J’ai aussi eu la chance de me lier d’amitié avec une femme que j’ai rencontrée lorsque je cherchais à tomber enceinte, et qui est tombée enceinte en même temps que moi : vivre cette aventure avec cette maman « jumelle », c’était quelque chose d’assez unique qui encore aujourd’hui nous lie profondément, et je l’espère pour très longtemps.

Études sur l’impact du soutien émotionnel

Des études ont montré que le soutien émotionnel peut réduire le risque de dépression post partum et améliorer le bien-être général de la maman.

Une étude publiée dans *PLOS ONE* souligne l’importance du soutien social pour le bien-être mental et physique, indiquant que le soutien social perçu a un effet plus significatif sur la santé mentale maternelle que le soutien social réel. Cela signifie qu’il faut également prêter attention à ce que le soutien que l’on apporte corresponde vraiment au besoin de la maman, et non à ce qu’on souhaiterait personnellement recevoir, ou ce qu’on imagine qu’elle a besoin. Cette étude a utilisé des données longitudinales pour examiner les effets du soutien social perçu sur la santé mentale des mères, révélant des résultats mixtes sur l’association entre le soutien social et la santé mentale post partum, mais soulignant le rôle crucial du soutien perçu (Inekwe JN, Lee E (2022) Perceived social support on postpartum mental health:  An instrumental variable analysis. PLoS ONE 17(5): e0265941. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0265941 ).

Une autre recherche réalisée auprès de femmes chinoises en post partum, publiée dans *BMC Pregnancy and Childbirth*, a examiné les effets de la relation familiale et du soutien social sur la santé mentale des femmes après l’accouchement. Cette étude a utilisé l’Échelle de Dépression Postnatale d’Edinburgh pour mesurer les symptômes de dépression et a trouvé une corrélation significative (c’est-à-dire un lien) entre la qualité du sommeil, la satisfaction conjugale, le soutien social perçu, et la dépression post partum, soulignant l’importance du soutien social pour la santé mentale des nouvelles mamans (Qi, W., Liu, Y., Lv, H. et al. Effects of family relationship and social support on the mental health of Chinese postpartum women. BMC Pregnancy Childbirth 22, 65 (2022). https://doi.org/10.1186/s12884-022-04392-w ).

Témoignages sur l’impact du soutien émotionnel

Les témoignages de nombreuses mamans soulignent également à quel point se sentir soutenue et comprise est essentiel. Dans mes différents échanges avec les mamans que je côtoie, ce qui ressort beaucoup c’est qu’au delà des connaissances techniques et scientifiques des professionnels, c’est souvent simplement la certitude d’être comprise par d’autres mamans ayant connu des situations similaires qui les soulage. Évidemment, face à un problème avec son bébé, on a besoin de réponses de la part du personnel médical, mais lorsqu’on est au milieu d’une nuit agitée un peu difficile, ou qu’on se sent dépassée par nos hormones ou notre fatigue, pouvoir partager ces sujets avec des oreilles compatissantes et compréhensives est extrêmement précieux.

L’existence et la persistance de ces groupes de personnes non professionnelles est la preuve que le soutien que l’on recherche ne nécessite pas forcément l’apport de solutions immédiates et concrètes, mais la présence d’un lien d’empathie entre les personnes.

soutien familial
Photo by Askar Abayev on Pexels.com

Conseils pour offrir un soutien émotionnel efficace

Comment offrir ce soutien ? Parfois, c’est aussi simple qu’une conversation au téléphone, une visite surprise, ou un petit mot d’encouragement. Rappelez-vous, il ne s’agit pas de donner des conseils à tout va, mais d’être là, d’écouter et de valider les sentiments de la nouvelle maman. Cette posture d’écoute est souvent difficile à aborder pour le conjoint, pris lui-même dans ses propres préoccupations (que ce soit sur la parentalité ou sur d’autres aspects de sa vie en dehors du foyer). Il peut être difficile d’entendre la détresse d’une maman lorsque l’on est soi-même dans un stress émotionnel pour quelque raison que ce soit. C’est pourquoi il est important que la maman trouve plusieurs sources de soutien pour pouvoir alterner en fonction de la disponibilité (en terme de temps et d’écoute) de chaque personne impliquée.

Avoir besoin d’être écouté ne veut pas forcément dire avoir besoin de conseils : une maman peut simplement avoir besoin de parler de sa situation, sans forcément chercher à ce qu’on lui donne des conseils qui peuvent s’avérer inconfortables, ou carrément déplacés. Je vous invite à découvrir mon article sur les conseils non sollicités où j’évoque ce malentendu qui peut être très difficile à vivre pour une jeune mère en plein post partum, surtout si elle est en pleine vulnérabilité et à la recherche de soutien.

Le rôle du partenaire et de la famille

Le soutien de la famille et, en particulier, du partenaire, est un pilier dans l’expérience post partum. Leur rôle va bien au-delà des tâches quotidiennes ; il s’agit d’une présence rassurante et aimante qui peut faire toute la différence.

Importance du rôle du partenaire dans le soutien post partum

Le partenaire peut jouer de nombreux rôles : celui de soutien émotionnel, d’aide dans les tâches ménagères, ou encore de co-parent dans les soins apportés au bébé.

Pour ma part, il n’était pas envisageable de vivre les premières semaines post accouchement seule à la maison. J’ai insisté et je me suis battue pour que mon compagnon prenne son congé paternité à ma sortie de maternité, et il a reconnu lui-même avoir sous-estimé la complexité et la difficulté de cette période pour nous deux. C’était épuisant, déstabilisant aussi. Nous avons dû trouver de nouveaux modes de fonctionnement tout en apprenant à comprendre et à prendre soin de notre tout premier bébé. Il a aussi été particulièrement perturbé par ma vulnérabilité physique et mentale, à laquelle il n’était pas du tout préparé. Certes, il avait conscience que l’accouchement par césarienne avait forcément eu un impact sur moi, mais il n’avait pas anticipé à quel point notre fils et moi-même allions nous reposer lourdement sur lui durant les premiers jours et ça a été difficile à vivre pour lui au départ.

Le soutien au sein du couple
Photo by Emma Bauso on Pexels.com

Cette situation est loin d’être unique. Trop souvent, le rôle du co-parent est sous-estimé, voir même totalement oublié. Pourtant, il est crucial : le partenaire est le tout premier soutien de la maman et de l’enfant dans cette période, surtout au départ où la maman a besoin de se sentir en sécurité, avec des repères fiables sur lesquels elle peut compter pour reprendre ses marques petit à petit. Prendre conscience de ces enjeux permet non seulement de mieux traverser le post partum pour la maman, mais aussi de mieux anticiper et préparer cette période intense pour le partenaire.

Conseils pour la famille et les amis sur comment aider

La famille et les amis peuvent contribuer de manière significative. Que ce soit en apportant des repas, en offrant de garder le bébé pour permettre à la maman de se reposer, ou simplement en étant à l’écoute. Souvenez-vous, même un petit geste peut avoir un grand impact. Si vous n’avez pas d’idée, je vous ai fait un petit top 5 dans cet article.

Créer un environnement favorable à la maison

Un environnement domestique calme et organisé contribue à la sérénité de la maman. Encouragez un espace de vie harmonieux, libre de stress inutile, où la maman peut se sentir à l’aise et soutenue. Vous pouvez trouver ici quelques idées sur ce qui peut faciliter la vie au quotidien d’une maman juste après l’accouchement.

Ressources et Aide Professionnelle

Il est important de connaître les ressources disponibles et de savoir quand chercher de l’aide professionnelle. Je ne le redirai jamais assez : ne restez pas seule avec vos questions, vos doutes ou vos douleurs ! Toutes vos interrogations sont légitimes et méritent une réponse. Et la douleur n’est pas une fatalité ! N’acceptez pas de souffrir en silence, cela ne rendra service ni à vous, ni à votre bébé, ni à votre entourage.

femme qui cherche de l'aide
Photo by Samantha Garrote on Pexels.com

Liste de ressources disponibles : groupes de soutien, applications, et sites web

De nombreux outils sont à votre disposition : groupes de soutien locaux ou en ligne, applications mobiles dédiées aux nouveaux parents, sites web offrant conseils et forums de discussion. Ces ressources peuvent être d’une grande aide pour naviguer dans le post partum. J’en ai déjà partagé un certain nombre sur ce blog, mais si je devais faire un best-off :

  • Je vous conseille l’appli May, qui permet d’être mise en contact avec des professionnels de santé. Elle procure des informations au fil de l’âge de votre enfant pour s’adapter à votre situation et aux problématiques qui vous concernent.
  • Je vous invite également à vous rapprocher, si ce n’est pas déjà fait, de votre PMI locale la plus proche : vous pourrez y trouver toutes sortes d’accompagnements (sage-femme, psychologues, thérapeutes, etc) gratuits jusqu’aux 6 ans de votre enfant. Profitez-en !
  • Si les conseils qui vous sont donnés ne vous conviennent pas, n’hésitez pas à aller consulter ailleurs : plusieurs avis valent mieux qu’un.

Quand et comment chercher de l’aide professionnelle

Si vous ressentez une détresse émotionnelle intense, des difficultés à vous occuper de vous-même ou de votre bébé, ou si vous avez des pensées préoccupantes, n’hésitez pas à consulter un professionnel. Que ce soit votre médecin, un psychologue ou une sage-femme, il est crucial de demander de l’aide quand c’est nécessaire. Vraiment, n’hésitez jamais, il n’y a pas de question bête (je sais, je radote, ne m’en veuillez pas !;) )

Conclusion

J’espère que cet article vous aura permis de mieux comprendre les enjeux autour du post partum. Souvent sous-estimé à tort, le post partum – s’il n’est pas pris au sérieux – pèsera lourd sur les épaules de la jeune maman, déjà rendue vulnérable par sa maternité toute fraîche.

Il est primordial que la maman s’entoure dès que possible pour recevoir toute l’aide appropriée, tant au niveau du soutien physique qu’émotionnel. Cela favorisera non seulement sa récupération physique et mentale, mais aussi son lien avec son enfant, et donc le bon développement de celui-ci, mais aussi l’équilibre de toute la cellule familiale, à commencer par le couple.

Chacun a son rôle à jouer, le partenaire, la famille, les professionnels, les amis : le post partum, vous l’aurez compris, est un travail d’équipe pour construire et consolider la nouvelle famille, et non un sprint solitaire de la maman pour se précipiter vers la reprise du travail.

Chères mamans, vous n’êtes pas seules. Au milieu de la tempête que vous traversez dans le post partum, souvenez-vous à quel point vous êtes fortes, et à quel point votre maternité toute neuve est puissante et belle. N’hésitez pas à rassembler autour de vous les piliers qui vous aideront à transformer ce post partum en une période unique et précieuse, une crisalide dont vous, mais aussi tout vos proches, sortiront transformés pour le meilleur.

Et vous ? Comment avez-vous traversé le post partum ? Avez-vous des conseils ou des idées à partager ? Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager et à laisser un commentaire avec vos témoignages et vos remarques. Je suis impatiente de les découvrir !

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ! ;-)

5 commentaire

  1. Je valide à 100% ayant moi-même fait un post-partum très compliqué avec la séparation avec le papa en pleine grossesse puis la naissance avec malformation de mon fils qui va très bien aujourd’hui. Je trouve que je n’ai pas reçu le soutien nécessaire : il a fallu que j’aille le chercher et le demander. Ce serait bien d’en parler avant l’accouchement et de prévoir des temps pour soi.

    1. Je suis toujours triste de lire les histoires comme cela de mères qui ont été livrées à elles-mêmes, d’autant plus avec toutes les difficultés que vous avez rencontrées ! Je vous admire, et je suis extrêmement heureuse de savoir que votre fils va bien aujourd’hui ♥

  2. Merci pour cet article. Le plus difficile pour moi a été la gestion de la fatigue intense, et des émotions qui vont avec. Le meilleur conseil que je retrouve dans cet article qui a fonctionné : ne pas rester seule. S’entourer de personnes positives qui nous soutiennent et surtout qui nous comprennent.

  3. Le post-partum est clairement un sujet dont on ne parle pas assez, surtout quand on lit tes chiffres , que 1 femme sur 7 (voir 1 sur 3) peut avoir des problèmes de dépression post-partum… c’est bien que tu en parles si ouvertement !

  4. Je suis entièrement en phase avec toi, c’est une période tellement chargée en émotion, en occupation, en modification de notre quotidien. Dans un temps très passé, nous étions plus entourées par nos mères, nos soeurs qui vivaient avec nous ou pas très loin, pour déléguer et nous soutenir. De ce fait c’était peut-être plus « naturel » d’accoucher comme tu le dis. Nous vivons désormais cela plus seule avec notre conjoint·e, c’est différent. Merci pour tous ces conseils, cela m’aurait bien aidé à penser à solliciter plus d’aide.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.